Escapade à Moret-sur-Loing

(27 photos)

Baigneurs vers le Moulin Graciot : Sur une île du Loing, ancien moulin, aujourd’hui dédié à la sculpture.

vue générale avec l’église gothique Notre-Dame, bâtie entre le XIIIe siècle et le XVe siècle, le moulin Graciot et la porte e Bourgogne.

vue sur le musée du sucre d’orge et la porte de Bourgogne depuis le moulin à Tan – Moret sur Loing

Le Moulin Graciot : Sur une île du Loing, ancien moulin, aujourd’hui dédié à la sculpture.

La Maison Raccolet : Façade en bois du début du XXe siècle aux sculptures originales.

La Porte de Bourgogne : Porte de la fin du XIIe siècle participant au dispositif défensif de la cité médiévale voulu par Philippe Auguste.

Touristes masqués au pied de la porte de Bourgogne.

Créé en 1638 par des Soeurs bénédictines, sous Louis XIV, le sucre d’orge est toujours le même aujourd’huiet la recette est encore secrète !
Napoléon 1er en raffolait, Sarah Bernhardt ne rentrait pas en scène sans avoir chauffer sa voix avec un sucre d’orge, Aristide Briant, Jean Jaurès, François Mauriac sont venus signer le livre d’or du Sucre d’Orge de Moret-sur-Loing…

Aujourd’hui encore, il est toujours fabriqué selon la méthode du XVIIème, aucun rajout, pas de colorant et sans agent de saveur… Rien d’autre qu’un sirop d’orge et le tour de main d’un savoir faire ancestral, transmis de génération en génération…

Installé au Moulin Provencher, avec une nouvelle muséographie présentant une histoire pleine de rebondissements et de gourmandise, tout participe au succès de ce nouveau Musée qui abrite le plus vieux bonbon de France.

C’est sous les doigts de ces Religieuses et sur la direction de la première supérieure, Élisabeth Pidoux, cousine de La Fontaine, que l’on vit éclore les premiers bâtons de ce Sucre d’Orge.
Ces religieuses obtenaient leur produit incomparable comme on obtient aujourd’hui la Chartreuse, en vertu d’une recette toute particulière. Après avoir prospéré sous Louis XIV et connu jusqu’en 1758 une époque fort brillante, le monastère passa par nombre de vicissitudes et disparut en 1792. Du même coup, la fabrication cessa pendant la Révolution, et même le secret de cette fabrication paraissait à jamais perdu, emporté avec les Religieuses par le flot révolutionnaire.
Par bonheur, après les mauvais jours, une bonne religieuse de l’ancien Prieuré de Moret, Sœur Félicité, revint avec son secret habiter ce pays qui lui était cher. Elle eut la précaution, avant de mourir, de donner par écrit la recette du Sucre d’Orge à une amie fidèle. Quand, plus tard, d’autres religieuses vinrent s’établir à Moret, la pieuse confidente, conformément à la recommandation de la religieuse défunte, s’empressa de leur confier la précieuse formule.
C’est alors que l’on vit renaître le Sucre d’Orge.
Aujourd’hui encore, il est toujours fabriqué selon la méthode du XVIIème, aucun rajout, pas de colorant et sans agent de saveur… Rien d’autre qu’un sirop d’orge et le tour de main d’un savoir faire ancestral, transmis de génération en génération…

au pied du moulin à Tan

La roue du Moulin à Tan – Moret sur Loing

Le moulin à Tan.

Maison d’Alfred Sisley, Peintre impressionniste, qui habita cette maison et y mourut le 29 janvier 1899.

les roses Alfred Sisley

Heurtoirs portes Moret-sur-Loing

 

Translate : click on flag

blog-drapeau_anglais-img

2 réflexions sur “Escapade à Moret-sur-Loing

Quelques mots pour dire ce que vous en pensez... merci de votre visite.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s