Carrelets… entre Royan et Talmont

(8 photos)

Quelques carrelets pris en photo lors d’un court mais excellent  séjour en Charente-Maritime.

Photos prises entre Royan et Talmont.

 

Translate : click on flag

blog-drapeau_anglais-img

Maison Blanche village de pêcheurs atypique

(9 photos)

Toujours un grand plaisir à retourner au petit village de pêcheurs de Maison Blanche route de Sainte-Anne du Portzic à Brest.

Pour la petite histoire :

« Avant 1940, Maison-Blanche est encore un village de pêcheurs, abritant une quinzaine de maisons aux façades d’une blancheur éclatante (d’où son nom aujourd’hui un brin paradoxal). L’été, le site est prisé des habitants de Recouvrance et des premiers touristes qui découvrent les congés payés. Un minuscule port sans histoires, avant que celle avec un grand H ne surgisse, le 18 juin 1940, après l’appel du général De Gaulle. De source sûre, l’ennemi est à Rennes. Les soldats anglais et les marins brestois décident alors de mettre le feu aux combustibles de la Marine, situés au-dessus du site, sur le plateau des Quatre-Pompes. L’incendie, immense, détruit tout sur son passage, et du village de pêcheurs, il ne restera plus que des ruines.


Les premières cabanes de Maison-Blanche n’apparaissent qu’après-guerre, en 1947. Ce sont des « vestiaires de pêcheurs », remplis d’un barda de filets, casiers et cannes à pêche. De bric et de broc, en bois de récup’ et en tôle ondulée, elles vont pousser de manière anarchique jusqu’au début des années 60 et seront peinturlurées et décorées au goût des occupants, pour lesquels les couleurs vives atténuent peut-être un peu l’horreur de la guerre.

À l’époque, elles appartiennent à des ouvriers des HLM du quartier de Saint-Pierre. Ils y viennent en cyclomoteur, le dimanche, pour pêcher. Aujourd’hui, on compte une soixantaine de cabanes, collées les unes aux autres, formant des « rues » étroites. » (sources Le Télégramme)

 

Translate : click on flag

blog-drapeau_anglais-img

Mutation à Corbeil-Essonnes

(2 photos)

Mon Proviseur de Mari pilotera à la rentrée prochaine le lycée Robert Doisneau de Corbeil-Essonnes. La Tribu d’Anaximandre a donc pris ses nouveaux quartiers depuis une semaine, avant de partir en vacances dans notre petit coin de paradis en Finistère.

Deux photos prises un soir sur les bords de Seine avec vue sur l’hôtel de Ville et Moulins Soufflets.

 

A bientôt en direct du Finistère….

Translate : click on flag

blog-drapeau_anglais-img

44e Festival du Cinéma Américain de Deauville.

(14 photos en diaporama)

Projection de « L’Odyssée d’un ballon rouge », sur la façade de la Villa  Festival par l’atelier ATHEM.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Translate : click on flag

blog-drapeau_anglais-img

Chapelle Saint-Fiacre Le Faouët

(17 photos)

La chapelle, dédiée à saint Fiacre, est construite à partir du XVe siècle (vers 1450). elle  présente une façade découpée en trilobés avec un clocher-pignon fréquemment retrouvé en Bretagne. Celui de Saint-Fiacre est cependant triple flanqué de deux tourelles latérales et d’un balcon. L’intérieur est composé de cinq travées avec un chevet carré à leur bout.

cliquez sur les photos pour les voir en plus grand

 

Chapelle Saint-fiacre Le Faouët, Bretagne

la chapelle est surtout célèbre pour son exceptionnel jubé en bois polychrome de style flamboyant réalisé de 1480 à 1492 par Olivier Le Loergan.

Chapelle Saint-fiacre Le Faouët, Bretagne, le jubé en bois polychrome côté nef

Chapelle Saint-fiacre Le Faouët, Bretagne, le jubé en bois polychrome côté nef

Chapelle Saint-fiacre Le Faouët, Bretagne, le jubé en bois polychrome côté choeur

Chapelle Saint-fiacre Le Faouët, Bretagne, le jubé en bois polychrome côté nef

Le côté de la nef illustre des scènes de la tentation d’Adam et Ève, de l’Annonciation de Marie, et de la passion du Christ. Le côté chœur représente certains péchés capitaux et vices, avec le vol (de fruit dans un arbre), l’ivresse (un homme vomissant un renard), la luxure (un homme et une femme), la paresse (un musicien breton). Ce jubé est classé au titre des monuments historiques par la liste de 1862.

Chapelle Saint-fiacre Le Faouët, Bretagne, détail jubé en bois polychrome côté nef

Chapelle Saint-fiacre Le Faouët, Bretagne, détail jubé en bois polychrome côté choeur

Chapelle Saint-fiacre Le Faouët, Bretagne, détail jubé en bois polychrome côté choeur

Chapelle Saint-fiacre Le Faouët, Bretagne, détail jubé en bois polychrome côté choeur

Chapelle Saint-fiacre Le Faouët, Bretagne, détail jubé en bois polychrome côté nef

Chapelle Saint-fiacre Le Faouët, Bretagne, détail jubé en bois polychrome côté nef

Chapelle Saint-fiacre Le Faouët, Bretagne, détail jubé en bois polychrome côté nef

Chapelle Saint-fiacre Le Faouët, Bretagne, détail jubé en bois polychrome côté nef

Chapelle Saint-fiacre Le Faouët, Bretagne, voûte plafond et têtes

Chapelle Saint-fiacre Le Faouët, Bretagne, voûte plafond et têtes

Chapelle Saint-fiacre Le Faouët, Bretagne, voûte plafond et têtes

Chapelle Saint-fiacre Le Faouët, Bretagne, voûte plafond et têtes

Chapelle Saint-fiacre Le Faouët, Bretagne, plafond, poutres décorées

 

Translate : click on flag

blog-drapeau_anglais-img

L’église de Kernascléden et ses fresques

(7 photos)

Autrefois chapelle, l’actuelle église paroissiale a été commencée en 1420 et achevée en 1464. C’est une référence de l’architecture gothique flamboyante.

Elle possède aussi d’exceptionnelles peintures murales polychromes (troisième quart du XVème siècle), réalisées par quatre groupes d’artistes différents, bretons pour la danse macabre et le spectacle de l’enfer, de l’école française pour les anges musiciens et la vie du Christ .

Sur le chœur des scènes de la vie de Marie et Jésus.

Sous les voûtes  du croisillon nord  : les anges musiciens et l’ascension.

Sur le croisillon sud la danse macabre et la représentation de l’enfer, et un superbe vitrail en triskel .

On peut observer, à l’intérieur de la nef, une voûte en pierre, élément rare dans les églises bretonnes.

Le porche des apôtres.

Le pardon a lieu le 15 août de chaque année.

Translate : click on flag

blog-drapeau_anglais-img

Chapelle des marins à Saint-Valéry-sur-Somme

(3 photos)

La chapelle Saint Valery fut édifiée sur le promontoire qui surplombe la baie de Somme, lieu du premier ermitage de Valery qui fut plus tard canonisé et qui donna son nom à la ville. Profané pendant la révolution, délabré, cet édifice fut remplacé par une nouvelle chapelle construite en 1878.

De style néogothique, respectant la tradition des murs en damiers de pierre blanche et de silex, la chapelle Saint Valery, dite des marins, a également comme particularité son clocher surmonté d’un goéland.

 

Translate : click on flag

blog-drapeau_anglais-img