Chanter ♫♪

Pour oublier ses peines
Pour bercer un enfant
Chanter
Pour pouvoir dire je t’aime
Mais chanter tout le temps ♫♪♫

Un matin, du côté de Meneham, il chante face à la mer 💙

Pour implorer le ciel
Ensemble
En une seule et même église
Retrouver l’essentiel
Et faire
Que les silences se brisent ♫♪

Translate : click on flag

blog-drapeau_anglais-img

Lumière et couleur d’hiver sur l’estran.

(2 photos)

A Lilia …

anneau ile vierge copie

« Un Anneau pour le Seigneur ténébreux sur son sombre trône,

Au pays de Mordor où s’étendent les ombres

Un Anneau pour les gouverner tous

Un Anneau pour les trouver

Un Anneau pour les amener tous,

Et dans les ténèbres les lier

Au pays de Mordor où s’étendent les ombres. »

bouée cabossée

extrait du Seigneur des Anneaux de JRR Tolkien

Translate : click on flag

 

L’appel…

  

L’appel du large

Un matin nous partons, le cerveau plein de flamme,
Le coeur gros de rancune et de désirs amers,
Et nous allons, suivant le rythme de la lame,
Berçant notre fini sur l’infini des mers.

Mais les vrais voyageurs sont ceux-là seuls qui partent
Pour partir : coeurs légers semblables aux ballons,
De leur fatalité jamais ils ne s’écartent,
Et sans savoir pourquoi, disent toujours : Allons ! …

Charles Baudelaire

La pêche au gros !

« A coeur vaillant rien d’impossible  »

Jacques Coeur – grand argentier de Charles VII – 1395/1456

Si…

« Si tu peux rester calme alors que, sur ta route,
Un chacun perd la tête, et met le blâme en toi;
Si tu gardes confiance alors que chacun doute,
Mais sans leur en vouloir de leur manque de foi;
Si l’attente, pour toi, ne cause trop grand-peine:
Si, entendant mentir, toi-même tu ne mens,
Ou si, étant haï, tu ignores la haine,
Sans avoir l’air trop bon, ni parler trop sagement;

Si tu rêves, – sans faire des rêves ton pilastre;
Si tu penses, – sans faire de penser toute leçon;
Si tu sais rencontrer Triomphe ou bien Désastre,
Et traiter ces trompeurs de la même façon;
Si tu peux supporter tes vérités bien nettes
Tordues par les coquins pour mieux duper les sots,
Ou voir tout ce qui fut ton but brisé en miettes,
Et te baisser, pour prendre et trier les morceaux;

Si tu peux faire un tas de tous tes gains suprêmes
Et le risquer à pile ou face, – en un seul coup –
Et perdre – et repartir comme à tes débuts mêmes,
Sans murmurer un mot de ta perte au va-tout;
Si tu forces ton coeur, tes nerfs, et ton jarret
A servir à tes fins malgré leur abandon,
Et que tu tiennes bon quand tout vient à l’arrêt,
Hormis la Volonté qui ordonne : << Tiens bon ! >>

Si tu vas dans la foule sans orgueil à tout rompre,
Ou frayes avec les rois sans te croire un héros;
Si l’ami ni l’ennemi ne peuvent te corrompre;
Si tout homme, pour toi, compte, mais nul par trop;
Si tu sais bien remplir chaque minute implacable
De soixante secondes de chemins accomplis,
A toi sera la Terre et son bien délectable,
Et, – bien mieux – tu seras un Homme, mon fils. »

 

Rudyard Kipling