Joyeux Halloween !

“Il y a des jours où les citrouilles ne sont que des citrouilles.”

et il y a les autres jours…  o_O

Translate : click on flag

blog-drapeau_anglais-img

coloquintes

Arnaud, mon petit garçon, s’occupe d’un petit jardin potager au CMPSI de la Norville. Il était très fier de m’apporter sa première récolte de trois toutes petites coloquintes 😛

mini-coloquinte Arnaud

La coloquinte est une courge décorative cultivée pour ses formes et ses couleurs étonnantes, que l’on utilise comme élément de décoration.

Les coloquintes doivent être récoltées quand les feuilles commençent à jaunir, puis laissez-les bien sécher 1 mois dans un local frais.

En été couvrez le sol de paille pour que les fruits ne touchent pas la terre (sinon, risque de pourriture).

d’autres vues de cucurbitacées….

en cliquant sur les miniatures photos

 

La citrouille…

 

 

Curieuse de nature, je poussais un matin
Une motte de terre pour voir mon jardin.
Le soleil chauffait mon tiède lit de terreau.
Sous l’avancée du toit, pépiaient des oiseaux.

Verte, tendre, duveteuse et impatiente,
J’étendais mes racines dans chaque fente,
Fouillant en tous sens le sous sol du potager,
Cherchant instinctivement l’eau pour me gorger.

Ainsi débute ma vie, dans la certitude
De longs jours ensoleillés, emplis de quiétude,
De suaves ondées, récoltées le matin,
Pour prendre de la couleur et de l’embonpoint.

J’aimais aussi les nuits qu’éclairait la lune,
Avec leur cortège de bestioles importunes,
Papillons hirsutes et chauve-souris agiles,
Souris insouciantes et taupe malhabile.

Tandis qu’avançait la saison, je me sentais
Objet d’attentions, engraissée même à l’excès,
Prenant de plus en plus de place, obligée
D’écarter deux pieds de tomates pour pousser.

Les jours raccourcissaient, il faisait plus frisquet.
Un matin glacé, je réprimais un hoquet.
Un couteau rouillé trancha ma tige sèche,
Et on m’enveloppa d’une toile rêche.

Le même couteau revint bientôt me trancher
Une ouverture circulaire tout à mon sommet,
Puis d’autres accrocs qui entaillèrent mes flancs,
Pour essayer de me donner un air méchant.

Et me revoici sous le sourire de la lune,
Posée sur le muret, irradiant de chacune
Des ouvertures de ma peau, une lumière jaune
Siégeant là fièrement comme sur un trône.

Les enfants qui passent, déguisés en diables,
Ne font que me lancer des sourires aimables
Que je rends volontiers, si tant est que je puisse
De ce faciès affreux en tenter une esquisse.

La bougie que j’abrite va bientôt s’éteindre,
Le soleil naissant va à nouveau m’étreindre,
De mes graines éparpillées bientôt naîtront
De nouveaux monstres quand en viendra la saison.

extrait de « les délires de Frédéric »

 

et pour voir la citrouille d’Halloween clic sur elle 😛