L’église de Kernascléden et ses fresques

(7 photos)

Autrefois chapelle, l’actuelle église paroissiale a été commencée en 1420 et achevée en 1464. C’est une référence de l’architecture gothique flamboyante.

Elle possède aussi d’exceptionnelles peintures murales polychromes (troisième quart du XVème siècle), réalisées par quatre groupes d’artistes différents, bretons pour la danse macabre et le spectacle de l’enfer, de l’école française pour les anges musiciens et la vie du Christ .

Sur le chœur des scènes de la vie de Marie et Jésus.

Sous les voûtes  du croisillon nord  : les anges musiciens et l’ascension.

Sur le croisillon sud la danse macabre et la représentation de l’enfer, et un superbe vitrail en triskel .

On peut observer, à l’intérieur de la nef, une voûte en pierre, élément rare dans les églises bretonnes.

Le porche des apôtres.

Le pardon a lieu le 15 août de chaque année.

Translate : click on flag

blog-drapeau_anglais-img

Par la fenêtre…

« C’est peut-être cela aller à la messe ; chaque dimanche accepter d’être plus vieille de sept jours. »

vue église depuis ancien point d'eau expo fenêtre château des 3 anges_ShiftN copie

Fenêtre au château des 3 anges donnant sur l’église !

Translate : click on flag

blog-drapeau_anglais-img

Enclos paroissial de Guissény.

Dans l’enclos paroissial de Guissény, vous pouvez admirer l’église, un calvaire, le cimetière ainsi qu’une chapelle-ossuaire : la chapelle de l’Immaculée Conception datant du XVIIIe siècle restaurée au XIXe siècle.

Carte ancienne, de l’enclos paroissial, avec vue partielle du cimetière et de l’église.

(Photo récente impossible à faire, à l’heure actuelle, car travaux de voirie au bourg !)

L’Immaculée Conception

 

Le calvaire

Eglise de Guissény (suite)

Le clocher de l’église de Guissény datant de 1700, présente une particularité : les cloches se balancent du nord au sud, et non pas de l’ouest à l’est. On prétend que les seigneurs de Penmarc’h, de Kergoniou et de Kériber, qui avaient participé à son financement, voulaient mieux les entendre de leurs manoirs !

 

Degemer mat e Gwiseni (bienvenue à Guissény)

Eglise de Guissény

Le clocher à deux étages de cloches et à deux galeries, dont l’intensité est diminuée  par un flèche isolée de quatre clochetons, est l’oeuvre de Pierre Tréguer Architecte, suite au marché passé en 1700.

Inscription sur la tour du clocher

« La paroisse de Guissény doit son nom à son saint fondateur, saint-Sezny, qui d’après Albert le Grand, arrivant d’Irlande avec soixante-dix de ses disciples, débarqua en un havre de Pouluhen, en Kerlouan, y bâtit un petit ermitage, de là, il vint au lieu où est à présent l’église de Guic-Sezni, et y bâtit un monastère »

(notice empruntée aux notes de M Jourdan  de la Passardière et de M le chanoine Uguen, supérieur du Petit Séminaire, qui ont dépouillé les archives paroissiales de Guissény).