Port Launay

« Meilh-ar-Wern signifiant « Moulin-de-l’aulnaie ».

Situé au débouché du Canal de Nantes à Brest, Port Launay joue  le rôle d’une passerelle entre les activités du centre Bretagne et la mer. Le port n’a qu’une activité modeste au XVIe siècle.

Les premiers quais sont aménagés en 1803. La jonction du canal de Nantes à Brest en 1842 permet au port de devenir le débouché ardoisier de l’argoat et l’évolution du port est un réel baromètre des activités de l’axe productif ardoisier central de la Bretagne. 

En 1857, l’inauguration d’un nouveau bassin à flot marque le succès temporaire de l’entreprise et prépare l’apogée d’une commune concernée alors par l’arrivée d’une colonie d’Ardennais (926 habitants en 1851, 1115 habitants en 1881). Port-Launay devient au milieu du XIXe siècle le deuxième port du Finistère avec une activité presque exclusivement ardoisière (notamment autour de 1857).
Toutefois, dès cette époque, les carrières situées dans le centre Bretagne s’appauvrissent. Le déclin des activités du centre Bretagne s’amplifie en 1870 et surtout au début du XXe siècle, en dehors des ardoisières de Gourin qui bénéficient d’une prospérité relative à cette époque avant de s’effondrer entre 1935 et 1950. Avec l’arrêt presque généralisé de l’exploitation ardoisière en Bretagne, Port-Launay voit son trafic déchoir et la misère progresser, le maire demandant dès 1871 « un secours pour empêcher 45 familles de mourir de faim ». Malgré le maintien d’un petit commerce de sable, l’activité de Port-Launay devient au XXe siècle moribonde et la population diminue fortement (1000 habitants en 1880, 395 habitants en 1990). Récemment, on constate un sursaut démographique lié principalement à la proximité de Châteaulin. »

(sources wikipedia)

Port Launay, pose longue, bretagne, finistère