Revenir en Pays Pagan

(3 photos)

Arrivée dimanche, après 4 mois d’absence, un réel bonheur…

Le Curnic en fin de journée, marée montante.

Translate : click on flag

blog-drapeau_anglais-img

Gerberoy, village aux « roses »

(3 photos)

Aujourd’hui, escapade dans l’Oise, à Gerberoy, le village aux roses, un des « Plus beaux villages de France ». Il se situe au centre d’un triangle formé par Beauvais, Rouen et Amiens au cœur de la Picardie. Culminant à 188 mètres, la commune a reçu en 1202 le titre de « ville » décerné par le roi Philippe Auguste.
Voici la fameuse maison bleue tellement photographiée…
Ses maisons du XVIIe et XVIIIe siècles, en bois et torchis ou briques et silex, font de Gerberoy un lieu de promenade unique. Au printemps et en été, les rosiers grimpants sur les façades transforment la commune en véritable roseraie.
D’autres photos de Gerberoy suivront…

Translate : click on flag

blog-drapeau_anglais-img

Eglise de Radegonde à Talmont sur Gironde

(6 photos)

Lors de notre séjour en Charetente-Maritime à l’automne dernier.

Talmont serait un nom très ancien, antérieur aux Gaulois et voudrait simplement dire mont de terre argileuse. La Gironde vient se jeter dans la mer devant Talmont.

Du plus pur style romain saintongeais, l’église Sainte-Radegonde se découvre après avoir traversé des ruelles encadrées de roses trémières. Menacée d »effondrement par le courant qui menaçait ses assises calcaires, elle a longtemps été en péril. La falaise a été consolidée et on a restitué à l’église son aspect du 12ème siècle.

Translate : click on flag

blog-drapeau_anglais-img

Flagy un charmant village aux petits ponts

(10 photos)

Datant du XIIe siècle, Flagy en Seine et Marne, est un ancien lieu fortifié rectangulaire, dont les rues mènent par des ponts traversant l’Orvanne.

Le village appartenant au domaine royal,  était réputé pour ses moulins, et ses sources.

Translate : click on flag

blog-drapeau_anglais-img

Le ciel de la Tribu pendant le confinement

(6 photos)

La Tribu d’Anaximandre espère que ce poste vous trouvera en forme et que vos familles ne sont pas dans la souffrance.

Ce sont des vœux de bonne santé sincères.

 

Translate : click on flag

blog-drapeau_anglais-img

Tempêtes d’hiver…

(2 photos)

« La nature, mutilée, surexploitée, ne parvient plus à se reconstituer, et nous refusons de l’admettre. L’humanité souffre, elle souffre de mal-développement, au Nord comme au Sud et nous sommes indifférents. La Terre et l’humanité sont en péril, et nous sommes tous responsables. » J.Chirac.

 

Translate : click on flag

blog-drapeau_anglais-img

Déambulations à Barbizon

(28 photos)

« Barbizon est un des endroits mythiques de la peinture pré-impressionniste en France. Dès 1830, ce qui était encore un hameau de bûcherons accueillera en effet à l’auberge Ganne, tous les peintres qui viennent chercher l’inspiration auprès de la nature intacte. Plus tard, ils partagent leurs séjours entre Barbizon et Chailly-en-Bière, trouvant leurs sujets dans la campagne ou la forêt de Fontainebleau toute proche, peignant sur le motif.

Vers 1820, Edmée et François Ganne installent leur épicerie dans le hameau de Barbizon. En 1827, Jean-Baptiste Camille Corot découvre ce village et ouvre la voie à d’autres peintres dont Théodore Rousseau et Jean-François Millet.

Une génération de jeunes artistes décide de peindre la nature « sur le motif », de sortir de leurs ateliers et de travailler in situ à l’instar des deux grands précurseurs anglais que furent John Constable et Turner.

L’invention du tube de peinture, qui offre la liberté de peindre où et quand on veut, les refus d’exposer les « naturalistes » dans les salons parisiens, le climat politique, l’épidémie de choléra, l’exceptionnelle lumière et la richesse des sujets du lieu : tout cela conforte bon nombre d’artistes à s’éloigner de la capitale et à venir « rafraîchir leur palette » à la campagne…

L’épicerie–auberge des Ganne devient le point de ralliement de toute une joyeuse équipée « les peint’à Ganne » qui va transformer l’avenir du hameau de Barbizon. Dès 1845, certains artistes viendront régulièrement, d’autres s’installeront définitivement comme Théodore Rousseau, Jean-François Millet, Narcisso Diaz de la Peña, Ferdinand Chaigneau, etc. De 1830 à 1875, des centaines de peintres, sculpteurs (français et étrangers), écrivains, journalistes, noms de la scène théâtrale parisienne, politiciens se retrouveront, se croiseront, séjourneront, vivront à Barbizon ! Cette « première époque » se terminera par la fermeture de l’Auberge Ganne, au profit de la Villa des Artistes et de l’hôtel de l’Exposition fondé en 1867 par Emmanuel Siron, un marchand de bois et de charbon (Hôtel Siron, aujourd’hui baptisé : « Le Bas Bréau »), et la mort de Jean-François Millet en 1875.

D’autres artistes de toutes disciplines et de renom continueront de fréquenter Barbizon : Antoine Barye, Bazille, Rosa Bonheur, Karl Bodmer, Joseph Coignet, Charles-François Daubigny, les Dupré, Georges Jean-Baptiste Gassies, Nicolae Grigorescu, Charles Jacque, Karl Larsson, Ladislas de Paal, Camille Paris, Alfred Sisley, Robert-Louis Stevenson et Lady Osbourne, Constant Troyon, Félix Ziem, et bien d’autres…

Au fil des années, divers commerces s’implanteront : galeries d’art, ateliers, hôtels et restaurants. » (source Fontainebleau-Tourisme)

 

Translate : click on flag

blog-drapeau_anglais-img