Tempêtes d’hiver…

(2 photos)

« La nature, mutilée, surexploitée, ne parvient plus à se reconstituer, et nous refusons de l’admettre. L’humanité souffre, elle souffre de mal-développement, au Nord comme au Sud et nous sommes indifférents. La Terre et l’humanité sont en péril, et nous sommes tous responsables. » J.Chirac.

 

Translate : click on flag

blog-drapeau_anglais-img

Déambulations à Barbizon

(28 photos)

« Barbizon est un des endroits mythiques de la peinture pré-impressionniste en France. Dès 1830, ce qui était encore un hameau de bûcherons accueillera en effet à l’auberge Ganne, tous les peintres qui viennent chercher l’inspiration auprès de la nature intacte. Plus tard, ils partagent leurs séjours entre Barbizon et Chailly-en-Bière, trouvant leurs sujets dans la campagne ou la forêt de Fontainebleau toute proche, peignant sur le motif.

Vers 1820, Edmée et François Ganne installent leur épicerie dans le hameau de Barbizon. En 1827, Jean-Baptiste Camille Corot découvre ce village et ouvre la voie à d’autres peintres dont Théodore Rousseau et Jean-François Millet.

Une génération de jeunes artistes décide de peindre la nature « sur le motif », de sortir de leurs ateliers et de travailler in situ à l’instar des deux grands précurseurs anglais que furent John Constable et Turner.

L’invention du tube de peinture, qui offre la liberté de peindre où et quand on veut, les refus d’exposer les « naturalistes » dans les salons parisiens, le climat politique, l’épidémie de choléra, l’exceptionnelle lumière et la richesse des sujets du lieu : tout cela conforte bon nombre d’artistes à s’éloigner de la capitale et à venir « rafraîchir leur palette » à la campagne…

L’épicerie–auberge des Ganne devient le point de ralliement de toute une joyeuse équipée « les peint’à Ganne » qui va transformer l’avenir du hameau de Barbizon. Dès 1845, certains artistes viendront régulièrement, d’autres s’installeront définitivement comme Théodore Rousseau, Jean-François Millet, Narcisso Diaz de la Peña, Ferdinand Chaigneau, etc. De 1830 à 1875, des centaines de peintres, sculpteurs (français et étrangers), écrivains, journalistes, noms de la scène théâtrale parisienne, politiciens se retrouveront, se croiseront, séjourneront, vivront à Barbizon ! Cette « première époque » se terminera par la fermeture de l’Auberge Ganne, au profit de la Villa des Artistes et de l’hôtel de l’Exposition fondé en 1867 par Emmanuel Siron, un marchand de bois et de charbon (Hôtel Siron, aujourd’hui baptisé : « Le Bas Bréau »), et la mort de Jean-François Millet en 1875.

D’autres artistes de toutes disciplines et de renom continueront de fréquenter Barbizon : Antoine Barye, Bazille, Rosa Bonheur, Karl Bodmer, Joseph Coignet, Charles-François Daubigny, les Dupré, Georges Jean-Baptiste Gassies, Nicolae Grigorescu, Charles Jacque, Karl Larsson, Ladislas de Paal, Camille Paris, Alfred Sisley, Robert-Louis Stevenson et Lady Osbourne, Constant Troyon, Félix Ziem, et bien d’autres…

Au fil des années, divers commerces s’implanteront : galeries d’art, ateliers, hôtels et restaurants. » (source Fontainebleau-Tourisme)

 

Translate : click on flag

blog-drapeau_anglais-img

Nouvel an chinois – année du rat

(6 photos)

‘Chùnk Mùng Năm Mới’ – Happy New Year – Nouvelle année heureuse –

 

Translate : click on flag

blog-drapeau_anglais-img

Pose lente en ce 1er de l’an

(4 photos)

En ce premier jour de l’année 2020, ce matin, une série de poses lentes sur la plage de Roc’h ar Gonc.

La Tribu d’Anaximandre vous souhaite une très belle année.

Translate : click on flag

blog-drapeau_anglais-img

Coucher de soleil sur la porte Océane

(2 photos)

Je continue mes explorations dans les réglages du mon pentax K1 !

Un piqué extraordinaire, un rendu des couleurs fabuleux, je suis comblée, merci à mon Père Noël 🥰

Un peu de difficulté, mais je suis « tenace » . 😉

Translate : click on flag

blog-drapeau_anglais-img